Image
Top
Menu
25 avril 2017

Le self-interview de Mélanie Guéret

Le self-interview : l’interview avec toi-même où tu dis que ce que tu veux

La règle : l’interviewé prend en photo son espace de travail et répond aux questions qu’il rêverait qu’on lui pose.
Enfin, il énonce sa « question détestée ».

Mélanie est directrice artistique aux éditions Milan.
Parmi les nombreux titres qu’elle suit, elle choie ceux de Milan et demi avec passion…

bureau mélanie

Bonjour, commençons : qu’est-ce qu’il y a sur mon bureau ?

Comme on peut le voir sur la photo, il y a un ordinateur avec deux écrans (super pratique), une palette graphique (et pas de souris), un téléphone (pour communiquer avec mes collègues toulousains), mon cahier (que je ne quitte jamais), un mug (sale) et du L52 (parce qu’on sort de l’hiver).
Et, chose très importante, normalement il y a aussi mon stylo quatre couleurs que j’ai perdu depuis une semaine, à mon plus grand désespoir…
À ma gauche, j’ai une photo de Thomas Pesquet scotchée sur la fenêtre et en-dessous, je garde une magnifique collection de livres sur les hamsters, offrande de mes collègues 🙂

Le matin, quelle est la première chose que je fais en arrivant au boulot ?

J’allume mon ordi, j’écris systématiquement la date sur mon cahier que je stabilote au fluo (toc ?!), j’ouvre ma boîte mail et je vais me chercher un café dans mon superbe mug Milan et demi.

Et mon métier, il consiste en quoi ?

Je m’occupe de la direction artistique du studio graphique de Milan à Montrouge (sur le site de Toulouse, c’est mon collègue Bruno qui occupe ce même poste). J’ai donc un œil sur l’aspect visuel de nos ouvrages. Concrètement, je crée des couvertures de livres, des chartes graphiques ou logos de collections, je repère des illustrateurs avec lesquels travailler, je les guide également lors de l’élaboration de leurs illustrations, je monte les livres (choix des typo, maquette, intégration des corrections…), je choisis les aspects de fabrication (quel papier, quels effets particuliers sur une couverture comme, par exemple, l’utilisation de vernis, de fluo…). La conception du livre va de l’idée du projet à la livraison des fichiers pour l’imprimeur. Tout cela bien entendu est un travail collectif entre les graphistes, les éditeurs, les directeurs littéraires et éditoriaux, les auteurs, les illustrateurs, le service fabrication, les correcteurs.

Qu’est ce que je préfère dans mon travail ?

Pas facile à dire, j’aime vraiment beaucoup d’aspects : la diversité des projets, les contacts avec les illustrateurs (et les contacts avec mes collègues d’ailleurs !), les recherches de nouvelles typos et de belles gammes colorées, imaginer de beaux objets, trouver de nouvelles idées…
J’adore recevoir les livres une fois imprimés (il y a souvent des petites déceptions de choses qu’on avait imaginées différemment mais globalement on est contents). Et puis j’adore travailler pour la jeunesse, j’aime l’idée de me dire que les livres que nous faisons vont peut-être marquer de nombreux enfants pour longtemps (tout comme les illustrations de Richard Scarry ou les imagiers de Ploum ont pu me marquer petite).

Ai-je un livre chouchou que j’ai fait récemment ?

Je dirais Les grands classiques de la pâtisserie ! C’est un livre de recettes illustré par Amélie Falière. J’adore ses illustrations et la fabrication de ce bouquin… c’est mon petit préféré du moment. Et puis j’aime aussi beaucoup la couverture du roman Nos années lumière illustré par Jeanne Detallante, ainsi que celle de Douce France chez Milan et demi, illustrée par Thomas Danthony. Cette image est magnifique, je ne me lasse pas de la regarder !

La question à ne pas me poser, merci ?

À la fin d’une conversation, alors que je viens d’expliquer ce que je fais dans la vie, ne me dites pas : « Et donc tu fais des dessins ? » Nooonnn! Je ne suis pas illustratrice ! J’aimerais bien, mais je ne sais pas dessiner (en attestent les roughs que j’envoie aux illustrateurs et qui font bien rire mes collègues 🙂

M. G.

self-interview-VB
self-interview-AC