Image
Top
Menu
5 avril 2017

Le self-interview d’Alexandre Clérisse

Le self-interview : l’interview avec toi-même où tu dis que ce que tu veux.

La règle : l’interviewé prend en photo son espace de travail et répond aux questions qu’il rêverait qu’on lui pose.
Enfin, il énonce sa « question détestée ».

Alexandre est illustrateur de bande-dessinée. Chez Milan et demi, il a publié Alfred, Quentin, Pedro sont sur un plateau… et participé à l’ouvrage collectif La France qui gueule !

bureau clérisse

Depuis quand je dessine ?

J’ai décidé d’être dessinateur vers 12 ans, j’ai orienté mes études dans ce sens. D’abord un peu d’histoire de l’art, puis des études d’arts appliqués, et enfin les Beaux Arts d’Angoulême. J’ai toujours été entouré de camarades auprès de qui je me motivais à avancer. C’est grâce à mon projet de diplôme que j’ai mis le pied dans l’édition BD puis j’ai enchaîné divers projets d’illustration et de graphisme ainsi que quatre albums de BD.

Quelle technique j’utilise pour travailler ?

Je travaille avec le logiciel Illustrator en utilisant des points et des vecteurs pour créer des formes colorées. Cela me permet d’avoir des formes épurées, modifiables comme de la pâte à modeler, à l’infini.
Je crée des « petites marionnettes de mes personnages » que je manipule comme un animateur de dessin animé. Je compose mes images par calques successifs et j’y intègre des taches et des griffonnages faits sur papier pour donner un aspect plus vivant.

Est ce que je travaille encore sur papier ?

Oui, j’ai commencé à utiliser l’ordinateur suite à diverses expériences sur papier. J’essaie de garder cette approche avec Illustrator. Après chaque gros ouvrage, je réalise des images à la peinture dans l’esprit de ce que j’ai fait à l’ordinateur. J’essaie de réintégrer ce que j’apprends lors de ces allers-retours dans mes divers travaux afin de me perfectionner et d’essayer de trouver mon écriture. J’ai d’ailleurs d’autres projets entièrement sur papier.

La question à ne pas me poser, merci ?

« C’est pas trop facile de dessiner à l’ordinateur : il fait tout à ta place, non ? »
Oui, oui, je dis à l’ordinateur : « Invente un dessin ! » et il le fait tout seul !

A. C.

self-interview-VB
self-interview-NBF
self-interview-MP